60% des français jugent que l’entreprise est plus utile que l’État

 

#fiscalite #financement Chefs d’entreprise, vous avez la parole!

bal impôts

Dans la continuité de leur Livre Blanc « Tous Entrepreneurs ! » paru en 2011 et de leur participation active aux récentes Assises de l’Entrepreneuriat, les membres de la Commission Entrepreneuriat du MEDEF ont lancé en mai dernier une enquête* nationale à destination des chefs d’entreprise.

Un objectif : faire remonter du terrain le plus grand nombre de propositions à même de favoriser l’esprit d’entreprise et l’envie d’entreprendre.

Pression fiscale

Les résultats de la 1ère vague de cette enquête ont rappelé – sans surprise – combien le poids des charges était pour les chefs d’entreprise, un frein important au développement dans une compétition internationale ou tout simplement à l’envie d’entreprendre dans notre pays.

Autre frein avancé par les entrepreneurs, le problème du financement, et ses problèmes spécifiques durant toute les différentes phases de la vie de l’entreprise.

Les membres de la Commission Entrepreneuriat du MEDEF vous proposent donc aujourd’hui de participer à la 2ème vague de son enquête nationale consacrée à ces deux thèmes à travers deux questions :

  • D’après-vous, quel serait le cadre fiscal durable pour les entrepreneurs?
  • Quelles nouvelles sources de financement proposeriez-vous pour les entreprises?

N’hésitez pas à diffuser ce questionnaire le plus largement possible.

Les héros sont fatigués #entrepreneur #france #sondage

ous avez la parole Infogram

Dans la continuité de leur Livre Blanc « Tous Entrepreneurs ! » paru en 2011 et de leur participation active aux récentes Assises de l’Entrepreneuriat, les membres de la Commission Entrepreneuriat du MEDEF ont lancé en mai dernier une enquête* nationale à destination des chefs d’entreprise.

Un objectif : faire remonter du terrain le plus grand nombre de propositions à même de favoriser l’esprit d’entreprise et l’envie d’entreprendre.

A noter: l’outil d’analyse utilisé dans le cadre de cette étude permet de mesurer l’attitude émotionnelle des réponses.

Ce qu’il faut retenir des résultats de cette enquête

1. La France et ses entrepreneurs : « je t’aime, moi non plus »

« Pas d’amour sans confiance réciproque« . Si 81% des Français plébiscitent les entrepreneurs pour sortir de la crise, cette confiance n’est malheureusement pas partagée. A la question « Comment pensez-vous que la France considère ses entrepreneurs? », 82% des chefs d’entreprise interrogés expriment un avis généralement négatif. Parmi eux, 21% s’estiment « mal ou très mal aimés« . 16% sont persuadés d’être pris pour des « profiteurs » ou des « escrocs« . 11% parlent de « dénigrement » et de « mépris » de la part des politiques. 10% sont convaincus d’être rabaissés au rang de « vache à lait » ou de « machine à sous« . Plus grave, 9% prétendent être « seuls » et « laissés à l’abandon » quand 8% parlent de « suspicion » et 7% de « méconnaissance » totale de leur quotidien.

Les attitudes émotionnelles liées à ces réponses sont tout aussi inquiétantes. Au total, 95% des enquêtés expriment des sentiments d’amertume, de colère, sont critiques ou mitigés. A l’heure où la France a plus que jamais besoin des entrepreneurs pour créer de la richesse et de l’emploi, c’est un sentiment de découragement qui prévaut de leur côté. Les héros sont fatigués. Lire la suite

Entrepreneur: désormais un choix de carrière au même titre que salarié ou fonctionnaire

L’entrepreneuriat: désormais un choix de carrière au même titre que le salariat ou le fonctionnariat

Depuis sa création, la Commission Entrepreneuriat du MEDEF poursuit un objectif : démontrer qu’il existe une 3ème voie en dehors de celles du salariat et du fonctionnariat, celle de l’entrepreneuriat.

Cette évolution des mentalités est en passe de devenir une réalité. Les résultats du sondage Amundi – JDE réalisé par OpinionWay, à l’occasion  de la 6ème édition des Journées de l’Entrepreneur, confortent l’idée que jamais l’envie d’entreprendre n’a été aussi importante en France. Ainsi 35% des Français déclarent qu’ils pourraient être ou auraient été tentés de devenir entrepreneur, et plus encore 55% souhaiteraient que leurs enfants le deviennent.

Un nouveau signe encourageant, après la récente décision de la ministre de l’Enseignement supérieur de renforcer la découverte de l’entreprise et de l’entrepreneuriat dans les universités :